nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Les radars photo en déficit

Les radars photo en déficit
ici radio-Canada

En 2017, les revenus associés aux radars photo sur les routes du Québec ont chuté de façon significative, principalement en raison d’un jugement rendu en 2016.

Les revenus des radars photo ont rapporté 2 million $ en 2017, comparativement à 32 million $ en 2016. Et puisque la gestion et l’entretiens de ces cinémomètres coûte autour de 10 million $ par année, un déficit est envisageable prochainement.

Le gros du problème vient d’un jugement rendu en 2016 par le juge Cimon, de la Cour du Québec. Il a invalidé le constat d’infraction délivré pour un excès de vitesse constaté par un radar fixe, estimant alors que la preuve était inadmissible et illégale. La raison de son jugement était que comme la preuve recueillie n’avait pas été attestée par une personne qui avait constaté les faits, cette preuve devenait invalide et l’acquittement inévitable. Dans cette histoire, une automobiliste a donc été blanchie d’une contravention de 1160$ pou avoir roulé à 140 km/h dans une zone de 70.

Notez que les radars sont toujours en opération, mais la SQ, qui est responsable des radars sur les routes du Québec, doit s’assurer de la fiabilité des systèmes, notamment en vérifiant l’exactitude des radars dans les 7 jours suivant le constat, comme le commande la loi.

La nuit de tous les hits

En direct de 00:00 à 06:00

1293
100

La nuit de tous les hits
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.